! Mona Barbagli : CONTINUITÉ
 

MarzukMona Barbagli : CONTINUITÉ

Exposition du 21 octobre au 17 décembre 2023 

Dans le cadre de l’été culturel 2023 « Rouvrir le monde » de la DRAC PACA, toute l’équipe du Centre international d’art contemporain a le plaisir d’accueillir Continuité, l’exposition restitution de la résidence de création de l’artiste Mona Barbagli ainsi que d’encadrement d’atelier d’arts plastiques pour les enfants du centre de loisirs de l’école Simone Veil de Carros.

Y sont présentées des œuvres réalisées par l’artiste durant sa résidence ainsi que les travaux des enfants.

Née en 1995 à Nice, l’enfance de Mona Barbagli a été imprégnée de nature et d’art contemporain dans les mondes que lui faisait côtoyer sa famille. Diplômée du DNAP du Pavillon Bosio de Monaco et du DNSEP de l’École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire ainsi que d’un Master en Civilisation, Culture et Société de Nantes, elle vit et travaille à présent à Nice.

Son travail entretient instinctivement une relation étroite avec la nature à travers le filtre des émotions. C’est par l’analyse sensible et structurée du monde intérieur et son interaction avec le monde extérieur qu’elle construit sa pratique basée sur des protocoles et souvent un système sériel.

Son expérience de création à Carros durant l’été 2023 lui a permis de poursuivre ses recherches. Dès son arrivée, ses pas l’ont conduite sur un chemin près du Centre d’art, le chemin Saint-Sébastien qui relie le village de Carros à celui du Broc. Sur ce sentier, surtout emprunté par des promeneurs, Mona est tombée en arrêt devant un arbre mort mais debout qui semblait lui faire signe. Touchée par cet humble corps sans vie, elle a entrepris de lui confectionner une enveloppe protectrice constituée de fragments de tissu en coton blanc, collés entre eux par de la gomme arabique, seule à même de respecter l’écorce fragile et les insectes qui ont continué à parcourir le tronc ainsi recouvert durant le temps de séchage. Pratiquer ce rite funéraire pour la dépouille d’un arbre signifie, pour Mona, le reconnaître comme un être qui a vécu, le considérer comme susceptible d’avoir été doté d’une conscience. Ce linceul protecteur symbolise le passage de la vie au trépas et, une fois sec et découpé sur toute sa hauteur et retiré du tronc, il porte sur sa surface interne les stigmates du temps qui s’est écoulé entre sa naissance et sa mort. Exposé verticalement sur une ossature de sapin clair, il attire l’attention par la douce luminosité qui perce à travers le tissu, promesse de chaude protection. La cage thoracique ouverte, comme dans un mouvement d’inspiration, - l’œuvre est intitulée Souffle vital - invite naturellement le visiteur à se glisser à l’intérieur.

Mona témoigne aussi, par la parenté de cette ossature en bois avec celle de la coque d’un bateau, de la réminiscence de rites funéraires anciens dont le dernier voyage des défunts vers l’autre monde dans une embarcation. 

Sous des cloches de verre d’une quinzaine de centimètres de hauteur chacune, de petits objets translucides posés sur trois disques de bois. Pour ses Diamants, Mona Barbagli a choisi de célébrer la beauté du bois en dévoilant visuellement la possibilité de conscience de différents arbres, comme si elle les ramenait à la vie dans toute leur préciosité. De très fines tranches de bois triangulaires sont disposées dans des moules en forme de pierres précieuses taillées, puis recouvertes de gomme arabique. Une fois démoulés, les joyaux de bois marquetés retro-éclairés nous offrent leurs splendeurs : le Lila apparaît rouge sur ses cernes, l’abricotier a une teinte plus foncée rouge-orangée dans son intégralité et le grenadier, qui rappelle à Mona de doux souvenirs d’enfance dans le jardin de sa grand-mère, nous dévoile l’infinie délicatesse de ses cernes.

Les œuvres Colonne de lumièreFragments et Cœur lumière préexistaient à la période de résidence et viennent compléter la présentation. 

Colonne de lumière est réalisée sur une toile libre en suspension et constituée des couleurs primaires de la synthèse additive de la lumière : le rouge, le vert et le bleu. Dressée à la verticale, à l’instar de l’humain debout, entre terre et ciel, la colonne de couleurs semble se diluer de part et d’autre en de petits arcs-en-ciel.

Cœur lumière pourrait être une parfaite illustration de la célèbre phrase du personnage du renard dans le Petit Prince de Saint-Exupéry : « on ne voit bien qu’avec le cœur ». Pour Mona, l’image du cœur anatomique s’est imposée car les émotions se vivent physiquement dans notre corps d’humain. Ce cœur réalisé en sérigraphie est traversé, non pas par le flux sanguin, mais par la lumière (synthèse additive) car elle est aussi impalpable que nos émotions. L’artiste écrit : « J’aime penser que la plus puissante des émotions est l’amour. Je vois donc dans de ce cœur notre humanité la plus profonde, notre capacité à vivre nos émotions et plus particulièrement, notre capacité à aimer et à être aimé ».

Fragments, enfin, est une installation qui propose la décomposition d’un mouvement universel de vie : la croissance d’une branche d’orme qui se divise en deux. Chaque stade de l’évolution, vu par tranches successives, est gravé finement sur des plaques de verre blanc, chacune suspendue par des rubans de tissu blanc accrochés à une branche d’olivier, elle-même attachée à la voûte. Deux points de vue, de part et d’autre de l’installation, permettent d’embrasser d’un coup d’œil l’ensemble des gravures superposées, comme une succession de portes que l’on traverse du regard par transparence.

Avec pour fond sonore un enregistrement du chant des cigales qui l’accompagnèrent durant son travail sur le chemin Saint-Sébastien, l’exposition offre une entrée dans le paysage sensible de l’artiste.

Christine ENET, directrice du Centre international d’art contemporain de Carros

 

ADRESSE

Château de Carros
Place du château
06510 Carros village
FRANCE

CONTACT

Tél. 04 93 29 37 97
ciac@ville-carros.fr
Entrée libre